BIENVENU-E DANS LE MONDE D'APRÈS

Alors que la vie semble reprendre, l’ampleur du désastre montre son vrai visage. Celui de la précarité et ses ravages.

Aux plus de 500.000 salarié-e-s intérimaires qui se sont retrouvé-e-s au chômage depuis la mi-mars et dont une partie d’entre elles/eux se retrouvent sans revenus pour survivre, s’ajoutent maintenant les annonces des fermetures de site de l’automobile.

Le couperet tombe et tombe chaque jour. Chez RENAULT, le donneur d’ordre s’apprête à fermer des usines et licencier des milliers de salarié-e-s. Mais il n’y a pas que dans l’automobile que les licenciements se préparent.

Partout, des entreprises dévoilent les plans de restructuration. Comme d’habitude, les premiers à en payer les frais ce sont les intérimaires qui ne pourront pas retourner au travail ainsi que les sous-traitants des grands sites industriels et autres secteurs d’activité.

Mais l’heure n’est pas à la résignation ! Le déconfinement en cours doit servir pour se réorganiser et lutter pour notre avenir et celui de nos enfants. Nous exigeons du travail bien payé, oui ! Mais nous exigeons aussi l’annulation de la réforme de l’assurance chômage qui nous a été imposée en 2019 et qui nous condamne à l’extrême pauvreté !

La seule voie possible pour s’en sortir : la solidarité et la lutte !