UN INTÉRIMAIRE D'ADECCO DÉCÈDE DU COVID-19

framatome deces covid

CHRONIQUE D'UNE MORT ANNONCÉE

Nous venons d'apprendre le décès d'un salarié intérimaire d'ADECCO en mission chez FRAMATOME à Romans sur Isère. Franck M. avait 53 ans. Il a été emporté par le Covid-19.

Le 26 mars, un premier cas avait testé positif dans la même unité où travaillait cet intérimaire. Le 2 avril, un nouveau cas est confirmé positif.
Dans les jours qui ont suivi, Franck ne se sent pas en forme.
Du 6 au 8 il reprend le travail mais les maux de tête sont trop importants et le 9 il ne reprend pas.
Le 10 avril, il passe un test qui se révèle positif.

Dans la foulée, un droit d'alerte pour Danger Grave et Imminent (DGI) est consigné par les représentants CGT de FRAMATOME. Il sera rejeté par la Direction !
Les cinq collègues de Franck seront eux aussi testés positif au Covid-19.

Le 17 avril, Franck décède.
Le18 avril, 12 salariés sont testés au Covid-19.
Le 20 avril, 40 salariés supplémentaires sont testés.
Un CSE extraordinaire a eu lieu lundi matin. Au cours de celui-ci, la Direction a tenté de faire lever le DGI et interdire l'exercice du Droit de retrait mais la détermination et la ténacité des élus CGT ont été plus fortes.
Un nouveau CSE extraordinaire est prévu jeudi 23 avril en présence de l'inspection du travail.

A ce jour et après plusieurs contaminations, l'entreprise n'a jamais été mise à l'arrêt pour désinfecter le site.
Et pour les EPI, que du gel hydroalcoolique en très faible quantité, quelques masques chirurgicaux. Pas de prise de température.

TU DÉLÈGUERAS SANS VERGOGNE
Les sociétés d'intérim ADECCO et MANPOWER ne se préoccupent pas de la santé des salarié-e-s qu'elles délèguent chez FRAMATOME et ailleurs. Les autres enseignes d'intérim ne sont pas en reste. Leur seule et unique obsession: faire du business peu importe le prix à payer.