Mort au travail sur les chantiers navals

AT mortel saint nazaire

Il s’appelait René Claude. Il était originaire de Cherbourg et travaillait depuis deux ans sur les Chantiers navals de Saint-Nazaire comme charpentier-fer en tant qu’intérimaire de l’agence Manpower.
Ce père de famille, âgé de 54 ans, est mort au travail, mercredi 26 février, vers 3 h, au sein de l’atelier des « panneaux-plans » du chantier naval.

René Claude est décédé des blessures occasionnées par la chute d’une cloison en acier de 500 kg, qu’il était en train de monter avec son binôme. Son collègue a été hospitalisé en état de choc.
Sur les Chantiers de l’Atlantique de Saint-Nazaire, les accidents et les incidents sont nombreux. L’organisation du travail imposée par les patrons en est la cause.

Travailler toujours plus vite, avec les moyens du bord et la débrouille, soumis aux délais et à la fatigue, le manque d’expérience nécessaire, faute d’embauche régulière, et qui n’a pas pu suffisamment être transmise par les plus anciens. Autant d’éléments qui peuvent entraîner la mort sur un chantier naval où se côtoient statutaires, sous-traitants et intérimaires.

Le 28 février et le 3 mars, des centaines de travailleurs ont débrayé pour exprimer leur colère.

Lors du Comité social économique extraordinaire qui s’est tenu le 26 février, une enquête de la CSSCT (commission santé sécurité et conditions de travail), à laquelle participera également une élue de la CGT Manpower, a été décidée pour identifier les causes précises de l’accident et faire en sorte qu’il ne puisse pas se renouveler.