Vous êtes ici : AccueilElections professionnelles

PAS DE POLEMIQUE, MAIS DES VRAIS CHIFFRES

Dans un tract qui vous a été adressé, Force Ouvrière reproche à la CGT de ne pas avoir signé l'accord sur la nouvelle convention assurance chômage, le 24 mars 2014.

C'EST VRAI. Comment la CGT aurait-elle pu être d'accord avec un texte qui appauvrit les salariés intérimaires ? Les chiffres de l'UNEDIC en disent plus que de longs discours :

Près de 130 000 salariés intérimaires ont déjà pu constaté la baisse de leurs allocations chômage en novembre et décembre 2014.

Effets des règles de calcul de la nouvelle convention d'assurance chômage dans son annexe IV, en chiffres (Moyenne mensuelle)

500 allocataires (387 intérimaires) +50 à 150€
3600 allocataires (2 014 intérimaires) +1 à 50€
100 800 allocataires (78 080 intérimaires) aucun effet
31 200 allocataires (24 168 intérimaires) -1 à 50€
78 000 allocataires (60 419 intérimaires) -50 à 150€
36400 allocataires (20 450 intérimaires) - 150 à 250€
16 800 allocataires (13 013 intérimaires) - supérieur à 250€

 

Synthèse
4 100 allocataires (2401 intérimaires) toucheront des allocations supérieures
100 800 allocataires (78080 intérimaires) auront des allocations stables
162 400 allocataires (125 795 intérimaires) toucheront des allocations inférieures

Économies réalisées sur les allocations versées au titre de l'annexe IV
Entre 230 et 250 millions d'€/an (moyenne : 1500€/an par allocataire)

Perte de pouvoir d'achat des intérimaires
Entre 178 et 200 millions d'€/an

Les seules questions que vous devez vous posez sont celles-ci : Comment faire confiance à Force Ouvrière qui signe un texte qui va vous diminuer votre pouvoir d'achat de 120€ par mois en moyenne ? Soit un caddie de supermarché pour une famille de 4 personnes par mois.

Les familles de salariés intérimaires doivent-elles renoncer à se nourrir une semaine par mois pour faire plaisir au patronat et aux syndicats signataires de ce texte ?

Pour la CGT, c'est non, 100 fois non.

Et c'est encore non, quand Force Ouvrière tente de dresser les salariés intérimaires contre les intermittents du spectacle. À chaque action organisée par la CGT contre cette nouvelle convention UNEDIC, les salariés intérimaires et intermittents du spectacle ont été cote à cote pour dénoncer la perte de revenus de tous les salariés précaires. Et ce sont ces actions, dans l'unité, qui ont obligé le MEDEF et les syndicats signataires à renoncer à la casse définitive de l'annexe IV qui régit vos indemnités chômage.

Alors, ne vous trompez pas de combat.

Les salariés de France ont besoin de cohésion et d'unité. Pour gagner de nouveaux droits et pour inverser ces politiques d'austérité qui nous font si mal. La CGT défend les intérêts de tous les salariés. Elle est présente, chaque jour et avec tous ses adhérents, sur le terrain pour se battre à vos cotés.

La CGT n'a jamais trahi et ne trahira pas les salariés permanents et intérimaires en signant des textes qui vont à l'encontre de leurs intérêts.

Avec vous, avec tous les salariés, la CGT sera offensive pour faire reculer l'injustice sociale en France.

VOTEZ PAR CORRESPONDANCE EN 5 ÉTAPES

Plus que quelques jours pour voter CGT aux élections professionnelles chez START PEOPLE.

 

comment-voter

 

Etape 1

 

comment-voter-2

Etape 2

 

comment-voter-3

Etape 3

 

comment-voter-4

Etape 4

 

comment-voter-5

Etape 5

INFORMER LES SALARIÉS INTÉRIMAIRES ISOLÉS

bandeau cgt start people-1Les mesures d'austérité se succèdent à marche forcée, accablant les salariés, quel que soient leurs statuts. Intérimaire ou permanent, cadre, maîtrise ou ouvrier, aucun des salariés de START PEOPLE n'est épargné et les droits de chacun sont remis chaque jour en cause.

 

Dans les médias, la campagne de désinformation bat son plein, telle un rouleau compresseur, vous expliquant que la crise et la mondialisation ne permettent pas d'autres politiques, plus sociales, plus justes. À la CGT, nous pensons qu'il est possible de changer la donne. Pour cela, nous devons nous rassembler autour de revendications définies ensemble. Mais il l faut d'abord que toutes et tous aient les vraies données économiques, tant au niveau national qu'au niveau de votre entreprise, pour se faire sa propre idée.

Vous informer est, pour la CGT, essentiel. Créer les liens pour une réflexion commune qui prend en compte vos aspirations est un enjeu démocratique.

AVEC LA CGT, CONSTRUISONS NOTRE AVENIR TOUS ENSEMBLE.

COMMENT ÉLIRE VOS DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL ET VOS REPRÉSENTANTS AU COMITÉ D’ENTREPRISE CHEZ START PEOPLE

PS 001803COMMENT VOTER AUX ÉLECTIONS

Vous êtes appelés à élire vos délégués du personnel et vos représentants au Comité d'Entreprise.

Cette élection est importante. Elle vous offre la possibilité de vous faire entendre et de choisir avec les candidats de la CGT des femmes et des hommes qui seront à votre écoute et qui défendront fermement vos intérêts. Pour ne pas rater ce rendez-vous démocratique, la CGT START PEOPLE vous rappelle les modalités de ce vote.

ÉLECTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL ET DES REPRÉSENTANTS DES SALARIÉS AU COMITÉ D'ENTREPRISE

En décembre 2014 et janvier 2015, les salariés intérimaires et permanents de START PEOPLE sont appelés à élire leurs représentants au Comité d'Entreprise et aux Délégués du Personnel.
Pour être électeur, il vous faudra avoir 450 heures d'ancienneté au cours des 12 derniers mois précédant le 30/09/2014 et avoir été en mission dans le courant du mois de septembre 2014 c'est à dire entre le 1er et le 30 du mois.

MODALITÉS DE VOTE
PREMIER TOUR : Vous allez recevoir le matériel de vote par correspondance, ainsi que les professions de foi des listes candidates, à partir du jeudi 19 novembre, chez vous. Il comprend les bulletins et les enveloppes nécessaires pour voter.

En cas de non réception du matériel de vote, vous pouvez effectuer une demande de réexpédition au travers de l'assistance téléphonique VOXALY jusqu'au 25 novembre. Pour cela contacter la CGT START PEOPLE aux numéros suivants : 06 81 21 93 14 et 06 13 47 00 77

LISEZ BIEN LA NOTE EXPLICATIVE SUR LES MODALITÉS DE VOTE PAR CORRESPONDANCE ET VOTEZ POUR LA LISTE CGT COMPLÈTE, SANS LA RATURER

VOUS DEVEZ VOTER AVANT LE 29 NOVEMBRE (LES ENVELOPPES T DOIVENT IMPÉRATIVEMENT ARRIVER AVANT LE 03 DÉCEMBRE À 9H00).

BON VOTE CGT.

LA SÉCURITÉ SOCIALE PROFESSIONNELLE, C’EST POSSIBLE MAINTENANT

PS 025657

ÊTRE MIEUX INDEMNISÉ POUR LES INTÉRIMAIRES, CEST POSSIBLE.

L'accord sur la nouvelle convention assurance chômage signée au printemps par le patronat, la CFDT, Force Ouvrière et la CFTC fait régresser les droits sociaux de millions de salariés.

Le patronat et ses alliés sont dans une logique globale annoncée par Denis Kessler, en octobre 2007 dans un éditorial du magazine « Challenges », alors qu'il était vice président du MEDEF. Celui-ci expliquait « qu'il faut défaire méthodiquement le programme du Conseil National de la Résistance », or l'ensemble de notre protection sociale, y compris l'assurance chômage est assis sur ce pacte social qui sortait du programme du CNR.

En fait, les patrons n'ont jamais accepté la création de la Sécurité Sociale en 1945 et de l'assurance chômage en 1958. Ils considèrent que le travail est un coût. Pour la CGT, le travail est une richesse et nous avons choisi, nous les salariés, de payer au travers de notre salaire ce qui nous couvre de la naissance à la mort, contre les aléas de la vie, de la maladie à la retraite en passant malheureusement des fois par des périodes de chômage. C'est le fruit de notre travail qui finance cela et lorsque les gouvernements successifs, de Juppé à Valls, remettent en cause au travers d'exonérations et de suppressions de cotisations sociales, c'est une partie de notre salaire socialisé qui disparaît. C'est cette logique qu'il faut renverser car aujourd'hui, ce qui pèse sur la productivité et la compétitivité, c'est ce qui est reversé aux actionnaires. Cette régression nous amène à une situation d'avant guerre, avec un socle minimum comme le panier de soins CMU.

Pour contrer cette régression sociale, la CGT propose de mettre en place un système de garanties afin que les salariés puissent s'épanouir et s'émanciper par le travail en déroulant sereinement une véritable carrière professionnelle.

Cette série de propositions vise à créer un « nouveau statut du travail salarié ». 
À l'identique du statut social de l'étudiant, nous proposons donc que chaque salarié bénéficie d'un statut du travail salarié : un socle de droits individuels garantis collectivement, opposable à tout employeur et transférable d'une entreprise à l'autre, d'une branche à l'autre. Ces droits garantiraient la continuité et la progressivité des droits au salaire, à la formation, à la protection sociale... en clair, une sécurité sociale professionnelle.

Ces droits universels permettraient des passerelles de la formation initiale à l'entreprise, en intégrant le droit à la formation tout au long de la vie, levier indispensable au projet de la personne, à la réussite de son parcours, au choix de mobilité, au changement d'orientation professionnelle, à une vraie égalité professionnelle et salariale entre les femmes et les hommes. L'idée étant de conserver son ancienneté, ses droits à la protection sociale et ne pas repartir à « zéro » comme aujourd'hui lorsque vous changez d'employeur ou de contrat de travail.

Le financement de la sécurité sociale professionnelle est possible dès aujourd'hui, par le redéploiement des richesses créées vers un salaire socialisé. C'est un changement de système évident qu'il faut amorcer. Avec ses valeurs de solidarité, la sécurité sociale professionnelle remettra l'humain au centre du développement de notre société

UNEDIC, SALE ACCORD POUR LES CADRES

PS 016977

LES CADRES SONT AUSSI IMPACTÉS PAR L'ACCORD UNEDIC : INTERVIEW DE SOPHIE BINET

Sophie Binet est membre du Bureau Confédéral de la CGT et membre du Bureau National de l'UGICT –CGT (Union Générale des Ingénieurs, Cadres et Techniciens). Elle revient sur l'accord UNEDIC, signé par le patronat, la CFDT, Force Ouvrière et la CFTC au printemps dernier.

Les cadres qui génèrent 39% des recettes et 18% des dépenses de l'UNEDIC, sont fortement mis à contribution dans l'accord de la nouvelle convention d'assurances chômage. Pourquoi ?

SOPHIE BINET : La stratégie du MEDEF pour cette négociation est claire. Il faut monter les salariés les uns contre les autres et trouver des boucs émissaires. Les premiers sont les soi-disant régimes spéciaux, intérimaires et intermittents que le MEDEF stigmatise comme des privilégiés et les seconds sont les cadres, un grand classique, qui toucheraient tous des allocations chômage de 4 000€ et qui abuseraient du système. Mais ceux qui arrivent à ce niveau d'indemnisation sont une infime minorité. Le but du MEDEF est bien de d'instrumentaliser ces quelques cas (moins de 1 000) et d'occulter la vraie cause du déficit de l'UNEDIC qui se chiffre à 4 milliards d'euros. Car c'est bien la multiplication des emplois précaires qui pèse le plus sur l'assurance chômage avec 8,8 milliards de déficit. La précarité est donc bien la première cause du déficit de l'UNEDIC. Pour autant les employeurs refusent d'augmenter leurs cotisations sur les contrats à temps partiel ou les contrats courts comme ceux que l'on trouve dans l'Intérim. A cette mesure de bon sens défendu par la CGT, le patronat préfère organiser le partage de la pénurie entre les salariés pour financer les déficits
Notre protection sociale est articulée en fonction d'un taux de remplacement calculé sur le salaire. C'est fondamental pour assurer l'adhésion de tous à ce régime solidaire. L'argumentation du Medef est profondément malhonnête. En brandissant le chiffon rouge des cadres privilégiés, et en rognant leurs indemnités chômage, le MEDEF les pousse à se détourner du système actuel et à choisir un système assurantiel individuel. L'UGICT-CGT dénonce cette tentative populiste et rappelle que les cadres contribuent aujourd'hui beaucoup plus au financement de l'UNEDIC qu'ils ne lui coûtent.

Quels sont les changements impactant les cadres ?

SOPHIE BINET : Trois points attirent notre attention. D'abord le différé d'indemnisation qui passe de 75 jours à 180 jours. Un salarié qui, à son licenciement touche des indemnités supra légales ou toute somme inhérente à la rupture de son contrat de travail attendra jusqu'à 6 mois pour le versement de ses droits. C'est totalement injuste et cela consiste à faire autofinancer ses premiers mois de chômage au salarié licencié. Or, pour les cadres, ces primes sont souvent inscrites dans les accords de branches. De plus cette mesure touche tout type d'indemnités, comme celles versées après un jugement de prud'homme pour licenciement abusif ou une réparation obtenue devant la justice. Il y a une ambigüité juridique et Pole Emploi peut demander le remboursement des allocations chômage perçues à hauteur, avec cet accord, de 180 jours d'indemnités. Cette mesure est de plus démobilisatrice car pourquoi créer collectivement un rapport de force pour gagner des primes de licenciements plus importantes si celles-ci sont siphonnées pendant 6 mois. Ensuite la deuxième mesure qui pénalise les cadres est la baisse du taux de remplacement qui passe de 57,8% à 57%. Enfin une mesure qui impacte plus spécialement les cadres séniors. L'ANI de 2008, que seule la CGT n'a pas signé, a multiplié les ruptures conventionnelles et le chômage de longue durée pour les cadres en fin de carrière. Aujourd'hui ceux-ci devront attendre 62 ans au lieu de 61 auparavant pour être bénéficiaires du maintien de leurs allocations jusqu'à la date de liquidation de leur retraite à taux plein.

Comment faire que cet accord ne reçoive pas l 'agrément ?

SOPHIE BINET : Il faut démasquer la supercherie de cet accord en accentuant la campagne de d'information et de sensibilisation auprès de tous les salariés car c'est l'ensemble des travailleurs qui est impacté, pas seulement les chômeurs. L'UGICT CGT a fait un tract avec des cas concrets pour vulgariser ce texte très technique. Nous devons aussi démontrer qu'il y a d'autres possibilités, plus vertueuses pour l'emploi, pour combler les déficits. La CGT a fait des propositions plus justes, il faut renégocier à partir de celles-ci.

LA JUSTICE SOCIALE, C’EST L’AFFAIRE DE TOUS !

bandeau cgt start people-1Le 3 décembre 2014 et le 22 janvier 2015, les salariés intérimaires et permanents de START PEOPLE, sont appelés à élire leurs représentants au Comité d'Entreprise et leurs Délégués du Personnel.

A l'heure où les attaques contre les droits des salariés s'amplifient, cette consultation est, pour nous tous, l'occasion d'exprimer collectivement notre colère envers ces injustices sociales et notre désir de mieux vivre.

Pour cela, nous développerons tout au long de cette campagne, les moyens que nous souhaitons mettre en œuvre pour que, tous ensemble, nous puissions avancer vers un avenir meilleur.

 La CGT a besoin de votre vote massif aux élections professionnelles d'être le plus représentatif possible, c'est-à-dire le vote massif aux élections professionnelles pour avoir un maximum de délégués dans les entreprises, afin de mieux vous représenter, de mieux vous défendre, vous et vos familles.
Voter CGT, ce n'est pas exclusivement l'affaire des militants et délégués. Prendre le chemin de la justice sociale, c'est l'affaire de tous !

ENSEMBLE AVEC LA CGT

site-campagne-3Votre vote CGT sera la meilleure arme pour défendre vos droits et la justice sociale.

Chèr-es collègues,

Fin novembre pour le premier tour et en janvier 2015 pour le second tour, vous allez pouvoir élire vos représentants au Comité d'entreprise de START PEOPLE et vos Délégués du Personnel.

Ces élections sont très importantes. Elles vous permettent de choisir des femmes et des hommes, intérimaires ou permanents, comme vous, qui seront une aide précieuse pour soutenir vos démarches, pour vous défendre face aux pressions, aux licenciements, aux ruptures de mission abusives et pour conquérir de nouveaux droits.

Depuis qu'une poignée d'intérimaires ont monté la CGT chez START PEOPLE en juin 2011, nous avons réussi à amorcer le changement. Que ce soit sur les salaires, les primes non versées, les litiges sur le contrat de mission, les accidents de travail ou les sanctions, l'équipe CGT actuellement en place a déjà pu obtenir des victoires importantes pour de nombreux salarié-es intérimaires sur les sites de SCADIF, SCHNEIDER et AUBRET. Mais il reste encore beaucoup à faire.

Nous devons être plus forts, encore plus nombreux. Les mauvais accords signés ces derniers mois (assurance chômage, assouplissement des règles de licenciement en autres), par des syndicats alliés au patronat, se font au détriment de tous les salariés et nous faisons face à une direction qui impose bien souvent ses choix sans respecter le Code du travail, sans avoir le minimum de respect qu'elle doit à tous ses salarié-es.

Aujourd'hui, de nombreux intérimaires et employé-es d'agences, pôles de gestion et sièges ne veulent plus subir cet état de fait, osent relever la tête et rejoignent la CGT !

Avec eux, la CGT vous propose une liste de candidats combatifs et tenaces, qui n'auront pas peur de mettre la Direction au pied du mur. Ce seront des délégués efficaces, capables de s'appuyer sur les élus CGT présents dans les entreprises utilisatrices, pour faire respecter vos droits et qui n'hésiteront pas à saisir l'inspection du travail s'il le faut. En votant massivement pour les listes CGT, vous conforterez l'action quotidienne des délégués du personnel qui défendent vos intérêts collectifs et individuels. Ils seront en mesure d'assurer systématiquement votre défense, que vous soyez salariés intérimaires ou permanents, lors des entretiens préalables à sanction ou au licenciement, et seront en capacité de porter vos revendications dans l'entreprise utilisatrice et chez START PEOPLE.

Si la CGT devient majoritaire au Comité d'Entreprise, nous comptons modifier les règles de celui-ci pour qu'il puisse véritablement répondre aux attentes des salariés. Pour cela, nous organiserons une vaste consultation démocratique pour connaître vos souhaits, améliorer ce qui doit l'être et créer de nouveaux services utiles à tous. Pour qu'une vraie politique sociale et culturelle puisse être menée par le Comité d'Entreprise, nous devons gagner l'augmentation de son budget en construisant avec vous un vrai rapport de force face à la direction et en recherchant l'unité syndicale sur des bases claires.

À l'issue de ces élections, seuls les syndicats dépassant 10% des voix au premier tour seront représentatifs. Mais nous devons être plus ambitieux. La CGT doit devenir majoritaire. Nous pourrons ainsi, conformément aux règles sur la représentativité, signer seuls des accords d'entreprise bénéfiques aux salariés, qu'ils soient intérimaires ou permanents.

BATAILLE SOLIDAIRE

site-campagne-2La CGT START PEOPLE gagne des droits pour les intérimaires chez Aubret, SCADIF et Schneider
Voter CGT, c'est pour chaque salarié, permanent ou intérimaire, s'assurer d'avoir à sa disposition un réseau important de militants aguerris, dans les entreprises de travail temporaire, mais aussi dans les entreprises utilisatrices. Les liens et le dialogue entre délégués du personnel de chaque boîte garantissent le respect des droits des salariés intérimaires. De plus, les organisations territoriales de la CGT, unions départementales et unions locales, sont en rapport constant avec l'Union Syndicale CGT de l'Intérim, fédération regroupant tous les militants du travail temporaire. Ce maillage de milliers de militants au plus proche des salariés, fait de la CGT un outil puissant pour défendre des salariés intérimaires, souvent isolés et livrés à l'injustice sociale et pour faire respecter les conventions collectives de la branche et le code du travail.

Ces derniers mois, les délégués syndicaux CGT de START PEOPLE ont ainsi pu conquérir de nouveau droits pour les intérimaires travaillant chez Aubret, SCADIF ou Schneider. Primes avec rappel sur plusieurs mois, congés supplémentaires, augmentation de salaires, les salariés intérimaires travaillant dans ces entreprises ont pu constater l'efficacité des militants de la CGT.

Elections chez START PEOPLE

Elections professionnelles chez START PEOPLE

 

Le 3 décembre 2014 et le 22 janvier 2015, les salariés intérimaires et permanents de START PEOPLE, sont appelés à élire leurs représentants au Comité d'Entreprise et leurs Délégués du Personnel.

A l'heure où les attaques contre les droits des salariés s'accélèrent, la CGT a besoin d'être le plus représentative possible, c'est-à-dire le vote massif aux élections professionnelles pour avoir un maximum de délégués dans les entreprises.

Voter CGT, ce n'est pas exclusivement l'affaire des militants et délégués. C'est l'affaire de tous !

Le syndicat qui obtiendra le plus de voix sera majoritaire. Il gérera les activités sociales mais conformément au Code du travail pourra désormais signer seul les accords d'entreprise sans consulter les salariés. Il y a danger !

Des syndicats proches du patronat risquent alors de mettre à mal les avancées obtenues durant ces dernières années dans la branche de l'intérim. De là l'importance, d'avoir une CGT forte d'élus solidaires avec les salariés et qui tiennent compte de leur avis !

L'objectif de la CGT est de faire vivre un Comité d'Entreprise pour et avec les salariés, et rester vigilants et intervenir pour la défense de l'emploi et l'amélioration du statut des salariés intérimaires mais aussi des salariés permanents.

Pour que les valeurs de solidarité que nous défendons aient du poids face aux patrons, pour que l'accès aux activités sociales du Comité d'Entreprise soit juste et sans équivoque, il est nécessaire que la participation au scrutin soit forte et sans ambigüité.
Au vu de la politique menée par le patronat et le gouvernement, soutenus par certains syndicats, pour accroître la précarité (baisse des allocations chômage, mobilité imposée par Pôle Emploi, radiations, grignotage des conventions collectives,...), il est indispensable que le rapport de force soit porté par la grande majorité des salarié-es.
Il faudra donc choisir entre un syndicalisme au service des salarié-es, ou un syndicalisme au service des patrons.

Par le vote massif CGT, défendons nos droits et sanctionnons les syndicats qui ont signé la baisse des allocations chômage des salariés intérimaires !

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

drapeaux cgt 01drapeaux cgt 02drapeaux cgt 03drapeaux cgt 04drapeaux cgt 05drapeaux cgt 06drapeaux cgt 07drapeaux cgt 08drapeaux cgt 09

lm special 9

ANDEVA

enguerre lindon

bandeau LM 2

ELECTIONS PROFESSIONNELLES

elections 2014

 

 

Interimaires Sante SIACI SAINT HONORE

livret SI 2017

 

 

couv manpo militant 8

guide face police

Real time web analytics, Heat map tracking

Total: 149